Chez les assureurs, où et comment se déclinent les exigences de la transformation digitale ? (3/3)

 

Chez les assureurs, où et comment se déclinent les exigences de la transformation digitale ?
On en distingue 5 que sont le business model, l’organisation, les opérations, le système d’information et l’infrastructure.
Intéressons nous ici au SI et à l’infrastructure.

 

Dans l’environnement Digital, la complexité des échanges, des systèmes de capture de l’information, l’hétérogénéité de l’environnement collaboratif, du Cloud, nous amènent à considérer d’abord Le SYSTÈME OPÉRATIONNEL DIGITAL. Il est constitué d’éléments servant à exécuter et à automatiser les opérations, pour créer, transformer et faire circuler l’information, les produits et les services. Il combine des éléments humains et automatisés de traitement et d’échange d’information.

Le Système d’Information (SI)  quant à lui est principalement constitué des applications supportant l’automatisation de tout à partie des opérations, et des infrastructures qui les soutiennent.

l’Infrastructure Technique désigne en particulier les éléments matériels et certains logiciels – par exemple le “middleware” – ainsi que l’ensemble des installations informatiques – réseau, serveurs, composants de télécommunication, datacenters – qui garantissent l’exécution des opérations automatisées.

 

Avant l’ère digitale et les méthodes agiles, on trouvait classiquement un découpage du SI en systèmes d’engagement (front office), d’analyse, d’automatisation et d’enregistrement des transactions (back office), et des méthodes de transformation spécifique à ces types de systèmes.

L’accélération de la transformation digitale du SI et des infrastructures en mode agile doit désormais tirer le meilleur parti de l’offre technologique pour des cas d’usage bien identifiés, en utilisant des méthodes qui s’adaptent à l’échelle du projet et de l’organisation (par exemple pour paralléliser et analyser rapidement la pertinence et la validité des choix, pour robotiser des processus, pour capitaliser des comportements automatiques grâce à l’intelligence artificielle). Les axes technologiques sont multiples. Les principaux sont cependant :

  • l’intelligence artificielle grâce à laquelle on augmente la capacité de raisonnement et de personnalisation des réponses par des algorithmes versatiles capables de traiter des cas complexes
  • l’automatisation des processus par la robotisation qui permet de systématiser des comportements et des réponses lorsque c’est possible
  • l’internet des objets, objets embarqués et les données qu’ils génèrent
  • le “Big data” c’est-à-dire la capacité à tirer parti des gros volumes de données récoltés par les systèmes d’analyse
  • les applications mobiles qui complètent, voire supplantent des applications classiques
  • les robots conversationnels qui permettent d‘automatiser certaines interactions avec la clientèle
  • le passage des applications en cloud

Ce sont en général des ateliers, très collaboratifs, reposant sur une organisation humaine agile étendue à plus ou moins grande échelle selon la taille des projets, le nombre de projets et la taille de l’organisation qui permettent de mener à bien les chantiers offrant aux utilisateurs et aux clients d’une organisation les produits dont ils ont besoin pour que puisse tourner le système opérationnel digital. – Cf. par exemple SAFe – Scaled Agile Framework, ou DAD -Disciplined Agile, ou encore plus simplement SCRUM pour des équipes plus petites.

L’organisation du travail – très souvent soutenue par l’utilisation de méthodes agiles accélérant la livraison des produits – s’articule autour de ces axes technologiques. Elle tient aussi compte de contraintes spécifiques à l’accélération digitale, telles que les exigences de disponibilité 24h sur 24, les forts volumes de données, par exemple pour la bonne connaissance des clients, pour les objets connectés, la gestion des historiques, la cartographie souvent complexe d’un SI combinant nouvelles et “anciennes” technologies et enfin les interactions entre systèmes hétérogènes.

<< Dans notre billet précédent, nous nous intéressions aux effets de la transformation digitale sur les Opérations dans l’assurance. Dans le présent billet nous examinons les effets de cette transformation sur les systèmes d’information et l’infrastructure.

 


10Gitalconseil diagnostique la maturité digitale des organisations pour construire une trajectoire pragmatique vers le digital opérationnel. Avec l’expérience accumulée auprès d’Assureurs comme AXA, les principales mutuelles et ses activités d’enseignement et de conseil, 10Gitalconseil est un expert précieux pour guider la transition digitale dans le marché de l’assurance. www.10GitalConseil.org

 

Axellience est l’éditeur SaaS de la solution en ligne Agile Architecture Factory, pour les architectes agiles de la transformation digitale. Avec plus de 500 clients dont Renault, Huawey, Tinder, Cisco, Axellience propose ses solutions dans des configurations variées pour répondre aux besoins des équipes de transformation. www.axellience.com


10GitalConseil et Axellience forment un partenariat pour outiller les activités de diagnostic et mettre en place une “Insurance Factory” agile, soutenue par Agile Architecture Factory™ pour transformer le système d’information.

Lisez les réponses aux questions qui fâchent, que Jean-Marie Zirano, Axellience, a posé à Didier Millet, 10GitalConseil, concernant les enjeux de transformation auxquels les assurances font face.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *